vendredi 18 juin 2021

Samedi de la 11ème semaine du temps ordinaire

La vraie priorité

 


 

 Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 6,24-34.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent.
C’est pourquoi je vous dis : Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?
Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?
Qui d’entre vous, en se faisant du souci, peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ?
Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas.
Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’entre eux.
Si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ?
Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?” ou bien : “Qu’allons-nous boire ?” ou encore : “Avec quoi nous habiller ?”
Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin.
Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît.
Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Méditation
Cet Évangile nous adresse un appel à la confiance que nous entendons : "Ne vous faites pas tant de soucis pour votre vie, ni pour le corps au sujet du vêtement… Ne vous faites pas tant de soucis pour demain…" Comment recevoir cet Évangile. Jésus ne dit pas qu'il ne faut pas s'occuper de la nourriture ni du vêtement. Il ne dit pas non plus que l'argent est mauvais. Il veut simplement nous inviter à ramener les choses à leur juste niveau : la nourriture, le vêtement et l'argent ne doivent pas être le but premier de notre vie. Ce qu'il nous faut chercher en priorité c'est le Royaume de Dieu et sa justice. Nous sommes créés pour Dieu et pour nos frères. Nous ne pouvons pas laisser l'argent devenir le seul but de notre vie et de nos actions.

En ce siècle de la vitesse, nous entendons dire que "le temps c'est de l'argent". Le résultat, c'est que dans les bureaux, les usines, les commerces, des hommes et des femmes sont soumis à un rythme infernal. Il faut toujours courir pour sauvegarder l'économie moderne. C'est une cause de nos infarctus, surmenages et dépressions. Pensons à cet homme d'affaires qui a son agenda plein de rendez-vous. Seuls manquent les rendez-vous avec son épouse, ses enfants, avec lui-même et encore plus avec Dieu.

Autre méfait provoqué par le pouvoir de l'argent : Tous les jours, les médias nous parlent d'attaques à main armée, de vols, de délits et malversations en tous genres. Des hommes, des femmes et même des enfants sont réduits en esclavage pour permettre à des riches de s'enrichir toujours plus. Quand il nous gagne, l'argent devient un tyran. Il peut nous entraîner aux pires bassesses. C'est comme une drogue dont on est toujours en manque et qui nous détruit. N'oublions pas que si Judas a trahi Jésus, c'est pour "trente pièces d'argent" (le prix d'un esclave !)

Jésus vient à nous pour nous libérer de toutes ces obsessions qui ne font que nous égarer. Il veut nous rendre disponibles pour l'essentiel, le Royaume de Dieu et sa justice. Cette justice, ce n'est pas seulement l'équité mais aussi la sainteté. Ce qui est premier, ce n'est pas la belle situation. Le seul vrai trésor c'est Jésus ; il ne demande qu'à remplir notre vie de son amour.

dimanche 13 juin 2021

Lundi de la 11ème semaine du temps ordinaire

 

" Œil pour œil, dent pour dent."




Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,38-42.
En ce temps- là, Jésus disait à ses disciples :
« Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Œil pour œil, et dent pour dent’.
Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre.
Et si quelqu’un veut te poursuivre en justice et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.
Et si quelqu’un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui.
À qui te demande, donne ; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos ! »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Méditation
"Vous avez appris qu'il a été dit : œil pour œil, dent pour dent." À l'époque cette loi visait à freiner la vengeance disproportionnée. La victime ou sa famille devaient se contenter d'un minimum de vengeance. On sait ce que la rancune a pu donner dans certains pays où sévit la guerre civile. Elle est implacable et féroce. La volonté de Jésus c'est de casser cette spirale de la violence. Il nous adresse des paroles fortes qu'il nous faut accueillir telles qu'elles sont. Mais en même temps, nous devons faire très attention à la manière dont nous les interprétons. Il n'est pas question de laisser courir les racketteurs et les voleurs. Quand des enfants sont victimes de violences, il faut leur demander de le dire. Notre responsabilité c'est de les protéger.

Aujourd'hui, Jésus voudrait nous inviter à faire un pas de plus : "N'ajoutez pas de la haine à la haine ; arrêtez cette montée de la vengeance qui ne fait qu'attiser la haine". Nous en avons un exemple très fort dans la vie d'Edmond Michelet. Quand il a été dénoncé et envoyé en camp de concentration, il a écrit à sa famille : "Il nous faut pardonner ; c'est la seule attitude qui convienne à des chrétiens." Lui-même a fini par rencontrer le jeune qui l'avait dénoncé et il lui a pardonné. Ce témoignage rejoint celui du Christ sur la croix : "Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font." C'est auprès de Jésus et en lui que nous trouvons la force de pardonner comme lui et avec lui.

Ce que le Christ attend de nous c'est précisément que nous aimions comme lui-même nous a aimés. Quand nous lisons les évangiles, nous le voyons accueillir tous ceux et celles qui viennent à lui ; il n'a pas hésité à s'approcher des lépreux alors que c'était formellement interdit par la loi de Moïse ; il est allé chez les pécheurs ; il a pardonné à ces bourreaux. Son amour était si grand qu'il a livré son corps et versé son sang pour le salut du monde. Dans l'évangile de ce jour, il nous adresse des paroles fortes : "On vous a dit… Moi je vous dis." C'est une manière de montrer à tous qu'il parle avec l'autorité de Dieu. Et il ne se contente pas de parler. Il nous montre l'exemple ; il est celui qui aime ses ennemis et prie pour eux. L'amour vrai ne calcule pas ; il donne jusqu'au bout et sans mesure. Il n'est plus question d'en rester au permis ou au défendu. L'important c'est d'aimer toujours et partout, comme le Christ et avec lui.

Cette vie, Seigneur, tu viens de la développer en nous par l'eucharistie. Nous te rendons grâce pour cette merveille. Oui, Seigneur, viens vivre en nous. "Alors, avec toi, par toi et en toi, notre vie sera amour pour le Père et pour tous nous frères." Amen