lundi 18 octobre 2021

Mardi de la 29ème semaine du temps ordinaire



"Restez en tenue de service…"




Évangile de Saint Luc 12, 35-38
Jésus disait à ses disciples: «Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées. Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte. Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller.
«Amen, je vous le dis: il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour. S’il revient vers minuit, ou plus tard encore, et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils!
Vous aussi, tenez-vous prêts: c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra.» (AELF)


 Méditation
L'Évangile de ce jour nous invite à rester en tenue de service et à garder nos lampes allumées. 

Être en tenue de service c’est nous mettre humblement au service les uns des autres, en famille, dans nos villages, sur notre lieu de travail et partout où nous vivons. Mais quand Jésus demande aux siens de rester en tenue de service, cela concerne la mission qu’il se prépare à leur confier. C’est toute l’Église qui est au service de l’annonce de l’évangile. En tant que chrétiens baptisés et confirmés, nous sommes tous appelés et envoyés par le Christ  pour témoigner de l’espérance qui nous anime.

"Gardez vos lampes allumées" : Cette lampe c'est celle de notre conscience. Pour nous chrétiens, c'est celle de notre foi, celle de notre espérance, celle de la prière. "Gardez vos lampes allumées" : Comprenons bien, cette lampe ne peut rester allumée que si nous accueillons la lumière qui vient de Dieu. Cette lumière c'est celle que nous recevons en lisant la Parole de Dieu et en nous nourrissant de l'Eucharistie. Ce qu'il nous faut communiquer au monde, c'est l'amour qui vient de Dieu.

C’est chaque jour que nous sommes invités à nous  ouvrir à au Christ qui ne cesse de frapper à la porte de notre cœur. Il veut entrer dans notre vie et y faire sa demeure. C'est avec lui que nous pourrons rester en "tenue de service" et rayonner l'amour qu'il met en nous.



Mardi

dimanche 17 octobre 2021

Fête de Saint Luc




Fête de Saint Luc




Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (10, 1-9)

Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller.
Il leur dit: «La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.
«Allez! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route.
«Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord: “Paix à cette maison.” S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous servira; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
«Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu’on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants: “Le règne de Dieu est tout proche de vous.”»
©AELF


Méditation
L'évangile de ce jour nous parle des "soixante-douze" que Jésus désigna. "Il les envoya deux par deux dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller".  Le chiffre 72 symbolise toutes les nations. C'est une manière de dire que l’Évangile doit être annoncé au monde entier. Tous les hommes et femmes de tous les milieux et de tous les pays doivent pouvoir entendre et accueillir cette bonne nouvelle.       

Mais il y a une chose qu'il ne faut surtout jamais oublier. Jésus envoie les soixante-douze dans toutes les villes et localités où lui-même devait se rendre". La mission n'est pas d'abord leur affaire mais celle du Seigneur. Le principal travail, c'est lui qui le fait dans le cœur de ceux qu'il met sur leur route. C'est Dieu lui-même qui travaille les cœurs pour les rendre accueillants à la Parole de ses envoyés.

Dans son envoi en mission, Jésus donne des consignes bien précises. "Dans toute maison où vous entrerez, dites d'abord : Paix à cette maison." Les envoyés de Jésus ne doivent pas user de la violence comme ceux qui prétendent conquérir le monde. Quand Jésus s'adresse aux hommes, il fait appel à leur liberté. Il leur dit son amour passionné, un amour que chacun est libre d'accueillir ou de refuser. Sa priorité est pour les plus grands pécheurs qu'il veut à tout prix sauver. Il est important que nous apprenions à regarder "les villes et les villages" avec le regard même de Dieu. Cette paix que le Seigneur veut nous donner, ce n'est pas seulement l'absence de conflit. C'est le pardon, la miséricorde pour tous.

Cette annonce de l’Évangile est, actuellement, un défi extraordinaire. Nous voyons des religions et des doctrines de salut qui sillonnent la surface globe dans un but missionnaire. Les communautés chrétiennes y sont bien présentes, mais aussi l'Islam et les religions asiatiques. D'autres sont animées par toutes sortes d'idéologies. Tous les ans, des chrétiens sont assassinés dans le monde, simplement parce qu'ils annoncent l’Évangile aux hommes. Mais rien ne pourra arrêter la Parole de Dieu ni l'empêcher de produire du fruit. C'est précisément en voyant le courage extraordinaire des chrétiens persécutés que des hommes et des femmes se convertissent à Jésus Christ.  Si nous marchons avec le Christ, rien ne pourra briser notre élan. Si nous rencontrons la méchanceté, nous triompherons du mal par le bien.

La semaine missionnaire nous rappelle que nous sommes envoyés pour annoncer le règne de Dieu. Luc a rempli cette mission à sa manière. À notre tour, nous sommes appelés et envoyés pour devenir les apôtres de notre temps. 

dimanche 22 septembre 2019

Lundi de la 25ème semaine du Temps ordinaire




UNE GRANDE LUMIÈRE 






Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 8, 16-18
En ce temps-là,
Jésus disait aux foules :
    « Personne, après avoir allumé une lampe,
ne la couvre d’un vase
ou ne la met sous le lit ;
on la met sur le lampadaire
pour que ceux qui entrent voient la lumière.
    Car rien n’est caché
qui ne doive paraître au grand jour ;
rien n’est secret
qui ne doive être connu
et venir au grand jour.
    Faites attention à la manière dont vous écoutez.
Car à celui qui a,
on donnera ;
et à celui qui n’a pas,
même ce qu’il croit avoir sera enlevé. »
© AELF


Méditation
C'est évident, une lampe c'est fait pour éclairer ceux qui sont dans l'obscurité. Quand il commence à faire sombre dans notre maison, notre premier réflexe c'est d'appuyer sur le bouton pour avoir la lumière. J'ai le souvenir de la première fois où, dans ma famille, nous avons eu l'électricité : c'était quelque chose d'extraordinaire.

Jésus se présente à nous comme "la Lumière du monde". Celui qui le suit "ne marche pas dans les ténèbres". Les paroles qu'il nous adresse sont "celles de la Vie éternelle". Et pourtant, nous voyons bien que ce monde ne cesse de s'enfoncer dans les ténèbres : les réformes "sociétales", les familles qui se désagrègent, la course à l'argent, la violence…

La tentation est grande de penser et d'agir comme tout le monde. À ce moment-là, nous devenons comme le sel qui perd sa saveur : il ne sert plus à rien. Si nous voulons vivre dans la lumière, il nous faut la mettre bien en évidence "sur le lampadaire" ; il nous faut remettre le Christ et son Évangile au cœur de nos  vies et surtout ne pas le cacher. Si nous le suivons et si nous l'écoutons, nous apprendrons à penser et à agir avec comme lui et avec lui.

Cette lumière que le Seigneur met en nous, nous ne pouvons pas la garder pour nous. Elle nous est donnée pour que nous la transmettions autour de nous. Nous sommes envoyés dans nos maisons, nos quartiers, nos villages, nos lieux de travail. Avec Jésus, nous serons la lampe qui éclaire la société.

"Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière" Isaïe 9,1