mercredi 3 juillet 2019

Jeudi de la 13ème semaine du TO



"Voyant leur foi..."


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 9, 1-8
En ce temps-là,
Jésus monta en barque, refit la traversée,
et alla dans sa ville de Capharnaüm.
Et voici qu’on lui présenta un paralysé,
couché sur une civière.
Voyant leur foi,
Jésus dit au paralysé :
« Confiance, mon enfant,
tes péchés sont pardonnés. »
Et voici que certains parmi les scribes se disaient :
« Celui-là blasphème. »
Mais Jésus, connaissant leurs pensées, demanda :
« Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ?
En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ?
Dire : “Tes péchés sont pardonnés”,
ou bien dire : “Lève-toi et marche” ?
Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme
a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés…
– Jésus s’adressa alors au paralysé –
lève-toi, prends ta civière,
et rentre dans ta maison. »
Il se leva et rentra dans sa maison.
Voyant cela, les foules furent saisies de crainte,
et rendirent gloire à Dieu
qui a donné un tel pouvoir aux hommes. (AELF)

Méditation
Jésus, voyant leur foi, dit au paralysé : "Tes péchés sont pardonnés." Comprenons bien, il ne s'agit pas de la foi du paralysé mais de celle des porteurs. C'est grâce à eux que cet homme est sauvé. C'est important aussi pour nous : quand le prêtre est appelé pour donner le sacrement des malades à une personne éprouvée par la maladie, cette dernière n'est pas toujours consciente. Bien souvent, elle n'est pas en état de comprendre ce qui se passe. Mais le plus important c'est l'attitude de l'entourage. C'est la foi et la prière des porteurs qui sauve le malade. Leur mission, notre mission à tous, c'est de l'amener à Jésus.

Si Jésus commence par donner le pardon c'est parce que le péché est le premier de tous les malheurs. Le premier mal de cet infirme ce n'est pas d'être immobilisé par sa paralysie. Le plus grave c'est d'être cloué dans son mal intérieur. Nous aussi, nous pouvons être paralysés par la rancune, l'égoïsme, l'orgueil. Nous devenons alors incapables d'aller vers les autres, incapables d'aimer, de partager, de pardonner.

C'est alors que des porteurs interviennent pour nous amener à Jésus. Ces porteurs, c'est la famille, la communauté paroissiale, une communauté religieuse, un groupe de prière, des collègues, des voisins… En nous portant dans leur prière, Ils ont compris que le Christ seul peut nous libérer de nos péchés ; ces péchés paralysent la libre circulation de l'amour entre les hommes. Ils ratatinent les cœurs endurcis par l'égoïsme. Seul l'Amour peut vaincre le péché et redonner vie aux hommes.

Nous pouvons aussi nous reconnaître parmi les porteurs. Il y a, en effet, autour de nous des pécheurs paralysés qui ne peuvent pas se sauver eux-mêmes. C'est dans la prière d'intercession que nous les portons à Jésus. Nous souffrons tous de voir tant de haine, de guerres et de violences dans notre monde. Nous sommes désemparés devant tant de souffrances et de catastrophes. Tout cela, nous le portons dans notre prière et nous le remettons entre les mains du Seigneur. Pour lui, il n'y a pas de situation désespérée. À partir d'un mal, il peut toujours faire surgir un bien.

L'évangile de ce jour se termine par un appel : "lève-toi, prends ta civière, et rentre dans ta maison".
Cette guérison c'est l'image de ce qui se passe dans le pardon : nous sommes libérés de ce péché qui paralyse notre cœur. Avec toute la communauté chrétienne, nous pouvons nous remettre en marche sur le chemin que le Christ nous a ouvert. Nous devenons disponibles aux appels de l'Esprit Saint. Ce pardon nous rend libres pour aimer Dieu car la santé de l'âme c'est d'abord l'amour de Dieu.

"Voyant cela, les foules furent saisies de crainte, et rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes." Nous aussi, nous te rendons grâce Seigneur pour ton amour toujours présent et pour tous les bienfaits dont tu nous combles. Nous t'en prions, donne-nous d'en être les témoins émerveillés et actifs chaque jour. Amen