samedi 16 mars 2019

2ème dimanche du Carême



Sur la montagne avec Jésus



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9, 28b-36

En ce temps-là,
    Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques,
et il gravit la montagne pour prier.
    Pendant qu’il priait,
l’aspect de son visage devint autre,
et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante.
    Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui :
c’étaient Moïse et Élie,
    apparus dans la gloire.
Ils parlaient de son départ
qui allait s’accomplir à Jérusalem.
    Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ;
mais, restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus,
et les deux hommes à ses côtés.
    Ces derniers s’éloignaient de lui,
quand Pierre dit à Jésus :
« Maître, il est bon que nous soyons ici !
Faisons trois tentes :
une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
Il ne savait pas ce qu’il disait.
    Pierre n’avait pas fini de parler,
qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ;
ils furent saisis de frayeur
lorsqu’ils y pénétrèrent.
    Et, de la nuée, une voix se fit entendre :
« Celui-ci est mon Fils,
celui que j’ai choisi : écoutez-le ! »
    Et pendant que la voix se faisait entendre,
il n’y avait plus que Jésus, seul.
Les disciples gardèrent le silence
et, en ces jours-là,
ils ne rapportèrent à personne rien de ce qu’ils avaient vu. (AELF)


Méditation
L'Évangile nous montre Jésus qui prend trois de ses disciples sur la montagne pour prier. "Pendant qu'il priait, l'aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d'une blancheur éblouissante. Ainsi, les disciples de Jésus découvrent que sa prière devient "transfigurante" ; c'est aussi vrai pour chacun de nous. Elle nous aide à sortir de nous-mêmes et à nous ajuster à Dieu. Ce contact permanent avec lui ne peut que nous transformer. Il s'agit pour nous d'accueillir l'amour qui est en Dieu pour qu'il rayonne et soit communiqué autour de nous.

Sur la montagne, Jésus n'est pas seul : deux hommes s'entretiennent avec lui, Moïse et Élie qui ont été les grands acteurs de l'alliance de Dieu avec les hommes. Tous trois "parlaient ensemble de son départ qui allait s'accomplir à Jérusalem". C'est là que Jésus sera arrêté, condamné et mis à mort sur une croix. Pour les disciples, ce sera une épreuve très douloureuse.

Mais pour raviver leur foi, Jésus leur laisse entrevoir la gloire qui sera la sienne lors de sa résurrection. Au-delà de nos souffrances et de nos épreuves, c'est à cette gloire que nous sommes tous appelés par Dieu lui-même.

En ce jour et tout au long du Carême, la voix du Père est là: "Celui-ci st mon Fils, écoutez-le". Aujourd'hui, vous voyez son visage transfiguré ; un jour, vous le verrez défiguré par la haine, la violence et les scandales de toutes sortes. Mais le mal n'aura pas le dernier mot. C'est l'amour qui triomphera. Nous sommes tous appelés à participer à la victoire du Christ ressuscité.

Voilà cet appel du Père. La réponse que nous donnerons nous transfigurera si elle répond au désir de Dieu. Toutes nos actions du Carême participent à ce vaste mouvement de transfiguration. Comme les disciples, nous sommes invités à sortir de nous-mêmes et à   ÉCOUTER la voix du Père. C'est la condition requise pour notre transfiguration.

Mais n'oublions pas que pour nous comme pour Jésus, tout doit commencer dans la prière. L'Eucharistie que nous célébrons est "source et sommet de toute vie chrétienne". Le Seigneur est là pour nous nourrir de sa Parole et de son Eucharistie. Prions-le pour qu'il nous guide sur le chemin d'une vraie conversion.