jeudi 6 septembre 2018

Vendredi de la 22ème semaine du Temps ordinaire (7 septembre 2018)




Pratiques anciennes, pratiques nouvelles








Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (5, 33-39)
On disait un jour à Jésus: «Les disciples de Jean jeûnent souvent et font des prières; de même ceux des pharisiens. Au contraire, tes disciples mangent et boivent!» Jésus leur dit: «Est-ce que vous pouvez faire jeûner les invités de la noce, pendant que l’Époux est avec eux? Mais un temps viendra où l’Époux leur sera enlevé: ces jours-là, ils jeûneront.»      
Et il dit pour eux une parabole: «Personne ne déchire un morceau à un vêtement neuf pour le coudre sur un vieux vêtement. Autrement, on aura déchiré le neuf, et le morceau ajouté, qui vient du neuf, ne s’accordera pas avec le vieux. Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement, le vin nouveau fera éclater les outres, il se répandra et les outres seront perdues. Mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves. Jamais celui qui a bu du vieux ne désire du nouveau. Car il dit: “C’est le vieux qui est bon”.»
©AELF



Méditation
Certaines gens (des scribes et des pharisiens) reprochent aux disciples de Jésus de ne pas observer certaines règles, en particulier celles qui concernent le jeûne et la prière. Jésus leur répond que les invités à une noce ne peuvent jeûner pendant que l'époux est avec eux. L'époux en question c'est Jésus lui-même. Pendant qu'il vit avec ses disciples, il ne convient pas que ces derniers se mettent à jeûner

En venant sur terre, Jésus a inauguré un monde nouveau ; il a fait toutes choses nouvelles. Il a littéralement renouvelé le monde ; il l’a mis en fête éternelle. Il n’a pas fait que mettre du vin neuf dans de vieilles outres ou rapiécer un vieux vêtement avec un tissu neuf. Il a conclu avec le monde une alliance nouvelle et éternelle ; il affirme ainsi l’amour immense et toujours fidèle de Dieu en nous invitant dans sa fête pleinement.

Cette terre nouvelle, cette fête totale, nous est acquise particulièrement par la mort et la résurrection du Seigneur. Même si cette transformation n’apparaît pas encore, elle est déjà bien présente par tout le bien qui se produit dans le monde grâce à nos efforts. Ce bien prend sa racine dans l’amour éternel du Père pour nous.

Rendons grâce au Seigneur pour être notre « rénovateur » en profondeur et faisons tout notre possible pour participer à ce renouvellement sans précédent dans l’Histoire du  Salut. Désormais, ce n’est plus pareil. Avec Jésus, c’est vraiment un nouveau départ.