vendredi 21 septembre 2018

Samedi de la 24ème semaine du Temps ordinaire



 

La parabole du semeur

 

 


Évangile  de Jésus-Christ selon saint Luc (8, 4-15)
Comme une grande foule se rassemblait, et que de toutes les villes on venait vers Jésus, il dit en parabole: «Le semeur est sorti pour semer la semence. Comme il semait, du grain est tombé au bord du chemin, les passants l’ont piétiné, et les oiseaux du ciel ont tout mangé. Du grain est tombé aussi dans les pierres, il a poussé, et il a séché parce qu’il n’avait pas d’humidité. Du grain est tombé aussi au milieu des ronces, et, en poussant, les ronces l’ont étouffé. Enfin du grain est tombé dans la bonne terre, il a poussé, et il a porté du fruit au centuple.»  
En disant cela, il élevait la voix: «Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende!»
Ses disciples lui demandaient quel était le sens de cette parabole. Il leur déclara: «À vous il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu, mais les autres n’ont que les paraboles, afin que se réalise la prophétie: Ils regarderont sans regarder, ils écouteront sans comprendre.
«Voici le sens de la parabole. La semence, c’est la parole de Dieu. Ceux qui sont au bord du chemin, ce sont ceux qui ont entendu; puis le démon survient et il enlève de leur cœur la Parole, pour les empêcher de croire et d’être sauvés. Ceux qui sont dans les pierres, lorsqu’ils entendent, ils accueillent la Parole avec joie. Mais ils n’ont pas de racines, ils croient pour un moment, et au moment de l’épreuve, ils abandonnent. Ce qui est tombé dans les ronces, ce sont ceux qui ont entendu, mais qui sont étouffés, chemin faisant, par les soucis, la richesse et les plaisirs de la vie, et ne parviennent pas à maturité.       
«Et ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, la retiennent, et portent du fruit par leur persévérance.»
©AELF


Méditation
Cet Évangile nous parle d'abord de Dieu et de nous. Il s'agit d'un Dieu qui "sort" parce qu'il a choisi d'ensemencer la terre. Cette semence c'est la Parole de Dieu. Elle nous dit tout l'amour de Dieu pour le monde. Dieu la répand avec une générosité extraordinaire. Il cherche à rejoindre tous les hommes sur tous les terrains, y compris ceux qui se trouvent dans les situations les plus désespérées. Son message de salut doit être proclamé dans le monde entier. Nous n'oublions pas que les paroles de Jésus sont celles de la Vie éternelle.  

L'évangile nous parle de quatre terrains différents, le bord du chemin, le sol pierreux, le sol envahi par les mauvaises herbes et enfin la bonne terre. Ces terrains bons ou mauvais, c'est chacun de nous. D'un côté, nous avons l'homme au cœur dur. Il refuse la Parole de Dieu car elle ne l'intéresse pas. Le deuxième terrain c'est celui qui manque de profondeur. Il a accueilli la Parole avec joie, mais un jour, tout s'arrête. Le troisième terrain c'est celui qui est envahi par les mauvaises herbes. C'est quand nous nous laissons envahir par les soucis de la vie et la séduction des richesses. Nous avons là des pièges qui nous détournent de Dieu.      

Puis nous avons la bonne terre. Le grain peut y prendre racine et se développer. Cette terre c'est l'homme qui reste ouvert à la Parole de Dieu. Il s'en nourrit chaque jour et il la met en pratique dans toute sa vie. Sur un terrain favorable, elle ne peut que produire du fruit. Ces fruits, c'est la conversion, c'est la transformation de toute une vie. Ils sont nombreux ceux et celles qui peuvent dire : "Il a changé ma vie". Quand l'Esprit Saint est là, le résultat est extraordinaire.         

À la suite du Christ, nous sommes envoyés pour être des semeurs de la bonne nouvelle et pour proposer l’Évangile aux hommes d'aujourd'hui. Nous avons tendance à nous lamenter sur les églises vides alors que les supermarchés sont pleins. Être missionnaire c'est aller sur tous les terrains, vers les croyants mais aussi les non croyants et les mal croyants. Le Christ veut les sauver tous. À sa suite et avec lui, nous sommes envoyés pour semer à profusion. Il ne s'agit pas de faire croire mais de dire et de témoigner de la foi qui est en nous. Même si nous n'en voyons pas les résultats, rien ne peut empêcher la Parole de Dieu de produire du fruit.