jeudi 2 août 2018

Vendredi de la 17ème semaine du Temps ordinaire (3 aout)





Le Messie rejeté par les siens






Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13, 54-58
          En ce temps-là,
  Jésus se rendit dans son lieu d’origine,
et il enseignait les gens dans leur synagogue,
de telle manière qu’ils étaient frappés d’étonnement
et disaient :
« D’où lui viennent cette sagesse
et ces miracles ?
  N’est-il pas le fils du charpentier ?
Sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie,
et ses frères : Jacques, Joseph, Simon et Jude ?
  Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes chez nous ?
Alors, d’où lui vient tout cela ? »
  Et ils étaient profondément choqués à son sujet.
Jésus leur dit :
« Un prophète n’est méprisé que dans son pays
et dans sa propre maison. »
  Et il ne fit pas beaucoup de miracles à cet endroit-là,
à cause de leur manque de foi. © AELF


Méditation
Les paroles et les gestes de Jésus ne laissent personne indifférent: ils suscitent l'adhésion, l'enthousiasme, la foi, la confiance. Pour d'autres, c'est la méfiance, l'hostilité, le refus. Il en était ainsi pour les prophètes de l'Ancien Testament. Bien que leur parole vienne de Dieu, ils étaient rejetés par leurs compatriotes, leurs parents, leurs amis. Ces derniers n'acceptaient pas de voir leurs institutions déstabilisées par des paroles et des gestes provocants.

Les gens de Nazareth n'ont vu en Jésus que le fils de Joseph et Marie. Il est trop connu et en même temps méconnu. Ils n'acceptent pas de s'engager sur le chemin de la foi : tout l'Évangile nous dit que Jésus est le Fils de Dieu venu guérir et sauver tous les hommes.

Aujourd'hui encore, ils sont nombreux ceux et celles qui éprouvent de la sympathie pour le fils du charpentier et pour son message. Mais ils refusent de voir en lui le Fils de Dieu. Ils se font hostiles à la prédication de l'Église qui proclame sa seigneurie. Mais le Christ respecte la liberté de chacun. Il ne force pas les consciences.

"Aujourd'hui ne fermons pas notre cœur,
Mais écoutons la voix du Seigneur."