mercredi 8 août 2018

Jeudi de la 18ème semaine (9 aout 2018)




Pour vous, qui suis-je ?





Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16, 13-23

    En ce temps-là,
    Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe,
demandait à ses disciples :
« Au dire des gens,
qui est le Fils de l’homme ? »
    Ils répondirent :
« Pour les uns, Jean le Baptiste ;
pour d’autres, Élie ;
pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
    Jésus leur demanda :
« Et vous, que dites-vous ?
Pour vous, qui suis-je ? »
    Alors Simon-Pierre prit la parole et dit :
« Tu es le Christ,
le Fils du Dieu vivant ! »
    Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit :
« Heureux es-tu, Simon fils de Yonas :
ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela,
mais mon Père qui est aux cieux.
    Et moi, je te le déclare :
Tu es Pierre,
et sur cette pierre je bâtirai mon Église ;
et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
    Je te donnerai les clés du royaume des Cieux :
tout ce que tu auras lié sur la terre
sera lié dans les cieux,
et tout ce que tu auras délié sur la terre
sera délié dans les cieux. »
    Alors, il ordonna aux disciples
de ne dire à personne que c’était lui le Christ.

    À partir de ce moment,
Jésus commença à montrer à ses disciples
qu’il lui fallait partir pour Jérusalem,
souffrir beaucoup de la part des anciens,
des grands prêtres et des scribes,
être tué,
et le troisième jour ressusciter.
    Pierre, le prenant à part,
se mit à lui faire de vifs reproches :
« Dieu t’en garde, Seigneur !
cela ne t’arrivera pas. »
    Mais lui, se retournant, dit à Pierre :
« Passe derrière moi, Satan !
Tu es pour moi une occasion de chute :
tes pensées ne sont pas celles de Dieu,
mais celles des hommes. » (AELF)


Méditation
 "Que  dit-on de moi autour de vous ?" C'est la question que Jésus pose à ses disciples.  Les avis sont partagés : pour les uns, c'est Jean Baptiste revenu à la vie. Pour d'autres, c'est Élie dont on attendait le retour, ou encore Jérémie ou l'un des prophètes... Aujourd'hui, beaucoup reconnaissent en Jésus une personnalité hors du commun. Il a marqué l'histoire du monde d'une manière exceptionnelle. Mais de plus en plus, le nom de Jésus n'évoque plus rien. Beaucoup n'ont jamais entendu parler de lui.

Vient ensuite une deuxième question de Jésus : "Pour vous, qui suis-je ?" Nous pouvons imaginer le silence gêné des disciples. Heureusement, il y a Pierre qui est toujours très spontané : "Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant." Pierre a vécu des expériences fortes : il y a eu l'événement de la multiplication des pains, la tempête apaisée, de nombreuses guérisons. Il en a été profondément marqué. Aujourd'hui, il est proclamé heureux parce qu'il a reçu la lumière de la foi.

Dans le même langage, Jésus s'adresse à chacun de nous aujourd'hui : Qui suis-je pour vous ? Quelle est votre profession de foi. Il ne s'agit pas de réciter une réponse apprise au catéchisme ou trouvée dans un livre. Le plus important c'est de nous demander quelle place il tient dans notre vie. Est-il vraiment au centre de tout ce qui est important pour nous ? Est-il notre chemin, notre vérité et notre vie ? Qu'en est-il de notre bonheur de croire ? De plus en plus, nous trouvons des témoignages de gens dont la vie a été bouleversée par une rencontre avec lui. Autrefois, ils étaient très loin de la foi. Puis un jour, ils ont découvert son amour qui dépasse tout ce qu'ils auraient pu imaginer. Pour eux, c'est quelque chose d'extraordinaire.

Pour Pierre, reconnaître en Jésus le Messie équivaut à un engagement à sa suite. Cet engagement n'est pas à sens unique : le Seigneur s'est engagé envers Pierre : "Tu es Pierre, et sur cette pierre, je bâtirai mon Église." Remarquons que le bâtisseur c'est lui. Notre mission ce n'est pas de travailler pour le Seigneur mais de faire le travail du Seigneur. Si le Seigneur nous appelle à sa suite c'est pour nous embaucher à son chantier.

Il compte sur nous pour témoigner de l'espérance qui nous anime. Il nous envoie vers les autres, vers tous ceux qui souffrent à cause du chômage, de l’exclusion, la violence, tous ceux pour qui la vie n’a plus aucun sens parce qu’ils se sentent inutiles. C'est dans ce monde-là que nous avons à témoigner de la foi qui nous anime. Mais au bout du compte, nous découvrons qu'il nous précède dans le cœur de ceux qu'il met sur notre route. Nous ne devons pas bâtir sans lui. Nous ne sommes pas à notre compte. Le Seigneur est présent avec nous, tous les jours et jusqu'à la fin du monde. Si nous croyons vraiment en lui, nous ne nous laisserons pas aller au découragement. Nous croirons à l'avenir de l'Église et à l'avenir de l'homme aimé de Dieu.