jeudi 12 juillet 2018

Vendredi de la 14ème semaine (13 juillet)


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là,
Jésus disait à ses Apôtres :
    « Voici que moi, je vous envoie
comme des brebis au milieu des loups.
Soyez donc prudents comme les serpents,
et candides comme les colombes.
    Méfiez-vous des hommes :
ils vous livreront aux tribunaux
et vous flagelleront dans leurs synagogues.
    Vous serez conduits devant des gouverneurs et des rois
à cause de moi :
il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens.
    Quand on vous livrera,
ne vous inquiétez pas de savoir
ce que vous direz ni comment vous le direz :
ce que vous aurez à dire
vous sera donné à cette heure-là.
    Car ce n’est pas vous qui parlerez,
c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous.
    Le frère livrera son frère à la mort,
et le père, son enfant ;
les enfants se dresseront contre leurs parents
et les feront mettre à mort.
    Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ;
mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin,
celui-là sera sauvé.
    Quand on vous persécutera dans une ville,
fuyez dans une autre.
Amen, je vous le dis :
vous n’aurez pas fini de passer dans toutes les villes d’Israël
quand le Fils de l’homme viendra. » © AELF



Méditation
Cet Évangile a été écrit après la résurrection de Jésus. Les apôtres sont envoyés pour annoncer la bonne nouvelle au monde entier. Ceux et celles qui se convertissent au Christ ont tout le reste de la famille contre eux. Ils rencontrent l'adversité, les tribunaux, la persécution. Ils sont détestés de tous à cause de lui. Mais, Jésus les invite à tenir bon jusqu'au bout et à lui faire confiance.

Aujourd'hui plus qu'aux débuts, les chrétiens subissent la persécution. Nous pensons aux musulmans qui se convertissent à Jésus Christ. Il y a quelques années, j'ai rencontré M. originaire d'Algérie, qui était venu faire une retraite dans un monastère. Il avait quitté l'Islam pour entrer dans la communauté Évangélique puis dans l'Église Catholique. Comme beaucoup d'autres, il était rejeté par le reste de sa famille.

M. passait de longs moments en prière à l'église. C'est cette prière qui lui a permis de tenir bon face au danger de mort. Le Seigneur n'abandonne pas ceux et celles qui mettent leur confiance en lui. C'est en lui qu'ils trouvent la force de persévérer jusqu'au bout