vendredi 20 juillet 2018

Samedi de la 15ème semaine du Temps ordinaire (21 juillet)



   
"Voici mon serviteur que j’ai choisi"
 

 
Pharisiens
 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 12, 14-21

En ce temps-là,
    une fois sortis de la synagogue,
les pharisiens se réunirent en conseil contre Jésus
pour voir comment le faire périr.
    Jésus, l’ayant appris, se retira de là ;
beaucoup de gens le suivirent, et il les guérit tous.
    Mais il leur défendit vivement
de parler de lui.
    Ainsi devait s’accomplir
la parole prononcée par le prophète Isaïe :
    "Voici mon serviteur que j’ai choisi,
mon bien-aimé en qui je trouve mon bonheur.
Je ferai reposer sur lui mon Esprit,
aux nations il fera connaître le jugement.
    Il ne cherchera pas querelle, il ne criera pas,
on n’entendra pas sa voix sur les places publiques.
    Il n’écrasera pas le roseau froissé,
il n’éteindra pas la mèche qui faiblit,
jusqu’à ce qu’il ait fait triompher le jugement.
    Les nations mettront en son nom leur espérance." © AELF


Méditation
Les scribes et les pharisiens ne supportent plus les actes et les paroles de Jésus. L'évangéliste nous rapporte plusieurs incidents autour du Sabbat ainsi que des paroles de Jésus contraire à leurs certitudes. Il se trouve face à des esprits bloqués. Ces chefs religieux sont enfermés dans les règles du "permis et du défendu". Ils s'imaginent que la foi est perdue si on le laisse faire. Alors, ils élaborent un plan de mort contre Jésus.

L'hostilité est devenue si forte qu'il est obligé de se cacher. Mais rien ni personne ne l'empêchera d'accomplir sa mission jusqu'au bout. Matthieu lui applique ce que disait Isaïe au sujet du "serviteur de Dieu". Même s'il est rejeté par les siens, il est l'espérance des justes et des pécheurs, des croyants et des incroyants. Ce n'est pas la loi qui apporte cette espérance mais la personne même de Jésus.