lundi 12 mars 2018

Mardi de la 4ème semaine du Carême



13 mars 2018




Au cœur de l'humanité souffrante




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 5, 1-16
À l’occasion d’une fête juive,
Jésus monta à Jérusalem.
Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis,
il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bethzatha.
Elle a cinq colonnades,
sous lesquelles étaient couchés une foule de malades,
aveugles, boiteux et impotents.
Il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans.
Jésus, le voyant couché là,
et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps,
lui dit :
« Veux-tu être guéri ? »
Le malade lui répondit :
« Seigneur, je n’ai personne
pour me plonger dans la piscine
au moment où l’eau bouillonne ;
et pendant que j’y vais,
un autre descend avant moi. »
Jésus lui dit :
« Lève-toi, prends ton brancard, et marche. »
Et aussitôt l’homme fut guéri.
Il prit son brancard : il marchait !
Or, ce jour-là était un jour de sabbat.
Les Juifs dirent donc à cet homme que Jésus avait remis sur pied :
« C’est le sabbat !
Il ne t’est pas permis de porter ton brancard. »
Il leur répliqua :
« Celui qui m’a guéri, c’est lui qui m’a dit :
“Prends ton brancard, et marche !” »
Ils l’interrogèrent :
« Quel est l’homme qui t’a dit :
“Prends ton brancard, et marche” ? »
Mais celui qui avait été rétabli
ne savait pas qui c’était ;
en effet, Jésus s’était éloigné,
car il y avait foule à cet endroit.

Plus tard, Jésus le retrouve dans le Temple et lui dit :
« Te voilà guéri.
Ne pèche plus,
il pourrait t’arriver quelque chose de pire. »
L’homme partit annoncer aux Juifs
que c’était Jésus qui l’avait guéri.
Et ceux-ci persécutaient Jésus
parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat.
© AELF

Méditation
À travers cet homme infirme, c'est toute l'humanité souffrante que Jésus vient rejoindre. L'Évangile nous dit que cet homme infirme n'a personne pour le plonger dans la piscine. La grande souffrance c'est précisément de n'avoir personne. Ce qui sauve, c'est l'amour, c'est d'avoir quelqu'un.

Or voilà que Jésus vient lui-même à la rencontre de cet homme paralysé. Dès lors, cet infirme n'a plus besoin d'être plongé dans la piscine. C'est Jésus lui-même qui le relève. Il le guérit par la puissance de sa parole. Quand on a rencontré le Christ, ça change toute une vie. Il veut faire de nous des apôtres, des messagers de la bonne nouvelle de l'Évangile.

Le Seigneur ne demande qu'à nous libérer d'une autre paralysie ; nous l'avons entendu : "Ne pèche plus, il pourrait t'arriver quelque chose de pire." Le pire qui pourrait nous arriver c'est celle du péché qui nous empêche d'avancer à la suite du Christ.

En ce jour, nous le supplions :
"O Seigneur, guéris-nous,
O Seigneur, sauve-nous,





Chant du jour