vendredi 16 février 2018

Samedi après les Cendres



17 février 2018
Le saint du jour
et les fondateurs des Servites († 1310)





Bonne nouvelle pour les pécheurs




Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 5, 27-32

En ce temps-là,
Jésus sortit et remarqua un publicain
(c’est-à-dire un collecteur d’impôts)
du nom de Lévi
assis au bureau des impôts.
Il lui dit :
« Suis-moi. »
Abandonnant tout,
l’homme se leva ; et il le suivait.
Lévi donna pour Jésus une grande réception dans sa maison ;
il y avait là une foule nombreuse de publicains et d’autres gens
attablés avec eux.
Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient
en disant à ses disciples :
« Pourquoi mangez-vous et buvez-vous
avec les publicains et les pécheurs ? »
Jésus leur répondit :
« Ce ne sont pas les gens en bonne santé
qui ont besoin du médecin,
mais les malades.
Je ne suis pas venu appeler des justes
mais des pécheurs,
pour qu’ils se convertissent. » (AELF)


Méditation
Il lui manque quelqu'un à Jésus pour compléter le groupe de ses disciples. Et c'est à Lévi le publicain qu'il dit : "Suis-moi." Nous comprenons que les gens soient scandalisés. En effet, cet homme travaillait au profit des Romains qui occupaient le pays d'Israël. Il était tenu pour malhonnête et infréquentable.

Mais à l'appel de Jésus, Lévi se lève pour le suivre. Quelque chose d'unique et de fort s'est passé dans cette rencontre avec le collecteur d'impôts. Cet appel de Lévi est une bonne nouvelle pour nous. Chacun est appelé tel qu'il est ; Dieu nous offre de vivre une amitié personnelle avec lui. Les bien-pensants lui reprochent de se compromettre avec des gens mal famés. Pour eux c'est un scandale. Mais Jésus agit comme le médecin qui est venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus.

Jésus ne demande pas aux pécheurs qui viennent à lui d'aller d'abord se purifier. Il les accueille tels qu'ils sont. S'il avait exigé d'eux qu'ils soient purs pour les accueillir, il aurait pu les attendre longtemps. Jésus reçoit les pécheurs sans rien demander d'abord. Sa grande priorité c'est de leur faire découvrir qu'ils sont aimés gratuitement, pour eux-mêmes. Alors, ils pourront apprendre à aimer en vérité et commencer à se convertir en vérité. Telle est la logique de Dieu. Elle est toujours valable pour nous aujourd'hui.

Cet évangile nous rejoint et nous interpelle dans ce que nous vivons. Il nous arrive de décréter que telle ou telle personne n'est pas fréquentable et qu'il vaut mieux se méfier. Nous l'enfonçons dans son passé et sa réputation et nous ne lui laissons aucune chance. Comme les scribes et les pharisiens, nous pouvons avoir des paroles dures. Si Jésus avait eu une telle attitude, il n'aurait jamais appelé Lévi. Ce dernier ne serait pas devenu ce grand apôtre (Matthieu) que nous connaissons et nous n'aurions pas bénéficié de son Évangile.

La Parole de Dieu de jour voudrait nous inviter à changer notre regard sur personnes que nous avons tendance à rejeter. Elles ont la première place dans son cœur. Nous-mêmes, nous n'oublions pas que nous sommes tous pécheurs. Nous aurons toujours besoin de la miséricorde de Dieu. Mais pour que cette miséricorde nous soit accordée, nous devons, nous aussi, l'accorder aux autres. "Soyez miséricordieux comme votre Père du ciel est miséricordieux" nous dit Jésus.

Ce Carême qui vient de commencer nous invite à nous reconnaître pécheurs devant le Seigneur. Nous accueillons sa Parole porteuse de vie. Nous sommes invités à communier à son Corps et son Sang. Nous faisons le plein de cet amour qui est en Dieu. Puis nous sommes envoyés pour en témoigner et l'offrir à tous ceux que nous rencontrons tout au long de la semaine. Que le Seigneur nous garde fidèles à cette mission !










Le chant du jour