lundi 5 février 2018

Mardi de la 5ème semaine du temps ordinaire



6  février 2018




"Des mains impures…"



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 7, 1-13

En ce temps-là,
    les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem,
se réunissent auprès de Jésus,
    et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas
avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées.
    – Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs,
se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger,
par attachement à la tradition des anciens ;
    et au retour du marché,
ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau,
et ils sont attachés encore par tradition
à beaucoup d’autres pratiques :
lavage de coupes, de carafes et de plats.
    Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus :
« Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ?
Ils prennent leurs repas avec des mains impures. »
    Jésus leur répondit :
« Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites,
ainsi qu’il est écrit :
Ce peuple m’honore des lèvres,
mais son cœur est loin de moi.
    C’est en vain qu’ils me rendent un culte ;
les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains.
    Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu,
pour vous attacher à la tradition des hommes. »
    Il leur disait encore :
« Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu
pour établir votre tradition.
    En effet, Moïse a dit :
Honore ton père et ta mère.
Et encore :
Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort.
    Mais vous, vous dites :
Supposons qu’un homme déclare
à son père ou à sa mère :
“Les ressources qui m’auraient permis de t’aider
sont korbane, c’est-à-dire don réservé à Dieu”,
    alors vous ne l’autorisez plus à faire quoi que ce soit
pour son père ou sa mère ;
    vous annulez ainsi la parole de Dieu
par la tradition que vous transmettez.
Et vous faites beaucoup de choses du même genre. »
(AELF)


Méditation
Jésus reproche aux pharisiens de laisser de côté les commandements de Dieu pour s'attacher aux traditions des hommes. Aujourd'hui, il voudrait nous dire que le plus important n'est pas de se laver les mains mais de se laver le cœur. Jésus nous invite à faire la vérité dans tous nos actes religieux, nos pratiques religieuses, notre prière et tout ce qui est important pour nous.

Cet évangile nous invite à faire notre examen de conscience : il y a des paroles qui sonnent creux. Elles ne correspondent pas à des sentiments vrais. Nous n'aimons pas qu'on nous parle comme si on nous récitait une leçon. Pour Dieu c'est pareil. Il n'accepte pas de notre part des prières vides, vides de notre cœur. Nous ne pouvons atteindre Dieu qu'avec le cœur. Dans notre vie de relation de Dieu avec nous et de nous avec Dieu, tout se joue au niveau du cœur.

Vivre en chrétien, c'est vivre intensément cette alliance d'amour entre Dieu et nous. Il n'y a que cela qui compte. On comprend alors que Jésus soit déconcerté par les critiques des pharisiens qui lui reprochent de ne pas respecter les traditions religieuses. Si l'évangile nous rapporte cet événement, c'est pour attirer notre attention sur nous. Comme eux, nous avons facilement tendance à juger la religion des autres. L'intolérance n'a rien à voir avec l’Évangile.

En critiquant et en dénonçant, nous ne faisons qu'ajouter un peu plus d'amertume à ce monde. Notre bataille contre le mal doit commencer par le cœur. C'est dans le cœur que nous devons planter les bonnes herbes de la solidarité, de l'amitié, de la patience, de l'humilité, de la piété, de la miséricorde et du pardon. Le chemin vers cette plantation, c'est l’Évangile qui nous le trace. Il nous apprend à mettre tous les jours un peu plus d'amour dans notre vie. 









Que ta parole éclaire mes pas...