dimanche 11 février 2018

Lundi de la 6ème semaine du temps ordinaire



12 février 2018
Le saint du jour
Moniale cistercienne - Soeœur de saint Bernard († v. 1141)



Des signes par milliers...



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 8, 11-13

En ce temps-là,
    les pharisiens survinrent
et se mirent à discuter avec Jésus ;
pour le mettre à l’épreuve,
ils cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel.
    Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit :
« Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ?
Amen, je vous le déclare :
aucun signe ne sera donné à cette génération. »
    Puis il les quitta, remonta en barque,
et il partit vers l’autre rive.


Méditation
"Les pharisiens se mirent à discuter avec Jésus… pour le mettre à l'épreuve." Ils ne viennent pas pour s'éclairer ni pour discuter vraiment. Ils ne cherchent qu'à lui tendre un piège. Jésus est entouré de gens qui cherchent à lui tendre un piège, qui guettent ses erreurs ou ses imperfections. Des signes, ils en ont eu.

Tout ce passe comme lors de la tentation au désert : "Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent du pain". On aurait vraiment une preuve. Mais Jésus n'est pas venu pour donner des preuves irréfutables. Les signes qu'il accomplit nous montrent l'amour de Dieu : "Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres."

Tous ces signes sont un appel à la foi. C'est vraiment le don de Dieu qui est offert à tous. Mais pour l'accueillir, il faut avoir un cœur de pauvres. Il nous faut redevenir comme des petits enfants qui sont émerveillés par un cadeau extraordinaire.

Jésus souffre de voir tous ces gens qui sont imbus de certitudes et qui ont un cœur fermé. Avec eux, on ne peut plus discuter. Alors il part vers "l'autre rive", celle du monde païen. Rien ni personne ne pourra arrêter l'annonce de la bonne nouvelle.

Autres approches
Evangeli.net
Dieu avec nous aujourd'hui 
Commentaire sur Radio Fidélité (pas encore en ligne)