samedi 10 février 2018

6ème dimanche du temps ordinaire



11 février 2018

Contaminés par l'amour


 Textes bibliques : Lire

L'Évangile nous montre Jésus circulant vers les lieux inhabités : arrive un lépreux qui s'agenouille devant lui et qui le supplie : "Si tu le veux, tu peux me purifier." À travers cette prière, il confesse deux choses : son impureté et la puissance du Seigneur. Et il en implore une troisième : le bienfait.

Il est étonnant de voir l'audace de cet homme. Il savait bien que tout contact avec lui rendait impur. Et pourtant, il n'hésite pas à s'approcher de Jésus. Mais aujourd'hui, la situation est inversée : Avec Jésus, c'est la pureté qui devient contagieuse et non la lèpre. Comprenons bien : l'humanité de Jésus devient porteuse de vie divine. Elle est instrument du salut. Sa sainteté agit dans toute la race humaine. En touchant le lépreux, il met sa chair saine en contact avec la chair pourrie de l'excommunié.

En lisant cet Évangile, nous comprenons que Jésus a pris la place du lépreux. Il prend notre place mais pas notre lèpre. Au jour de sa Passion, il prendra la place de Barabbas. Désormais c'est lui qui se trouve dans l'univers des lépreux, dans les lieux déserts. Un jour, il sera rejeté de tous ; on le conduira hors de la ville et on le fera mourir sur une croix. Mais son amour est bien plus fort que la mort et le péché. C'est cette victoire que jour célébrons le jour de Pâques.

Ce que Jésus a fait autrefois en terre de Palestine, il le continue aujourd'hui. Il nous rejoint dans toutes les lèpres et les bouleversements de notre vie et de notre monde, les lèpres corporelles, les maladies, les cancers, le sida, l'alcoolisme, la drogue. Il nous rejoint aussi dans toutes les lèpres psychologiques et morales et surtout celle du péché qui nous ronge et nous enferme sur nous-mêmes. Quelle que soit notre situation, l'Évangile de ce dimanche nous apprend à nous tourner vers le Seigneur. Lui seul connaît vraiment notre détresse et peut nous sauver.