dimanche 10 décembre 2017

Lundi de la 2ème semaine de l'Avent



10 décembre 2017

"Tes péchés sont pardonnés"



Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 5,17-26.
Un jour que Jésus enseignait, il y avait dans l’assistance des pharisiens et des docteurs de la Loi, venus de tous les villages de Galilée et de Judée, ainsi que de Jérusalem ; et la puissance du Seigneur était à l’œuvre pour lui faire opérer des guérisons.
Arrivent des gens, portant sur une civière un homme qui était paralysé ; ils cherchaient à le faire entrer pour le placer devant Jésus.
Mais, ne voyant pas comment faire à cause de la foule, ils montèrent sur le toit et, en écartant les tuiles, ils le firent descendre avec sa civière en plein milieu devant Jésus.
Voyant leur foi, il dit : « Homme, tes péchés te sont pardonnés. »
Les scribes et les pharisiens se mirent à raisonner : « Qui est-il celui-là ? Il dit des blasphèmes ! Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ?»
Mais Jésus, saisissant leurs pensées, leur répondit : « Pourquoi ces pensées dans vos cœurs ?
Qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés te sont pardonnés”, ou dire : “Lève-toi et marche” ?
Eh bien ! Afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité sur la terre pour pardonner les péchés, – Jésus s’adressa à celui qui était paralysé – je te le dis, lève-toi, prends ta civière et retourne dans ta maison. »
À l’instant même, celui-ci se releva devant eux, il prit ce qui lui servait de lit et s’en alla dans sa maison en rendant gloire à Dieu.
Tous furent saisis de stupeur et ils rendaient gloire à Dieu. Remplis de crainte, ils disaient : « Nous avons vu des choses extraordinaires aujourd’hui ! » © AELF

Méditation
L'Avent, c'est Jésus qui vient ; il est envoyé par le Père pour porter la bonne nouvelle du Royaume de Dieu. Dans la maison où il se trouve il y a tellement de monde qu’on ne peut plus se frayer un chemin pour accéder à Jésus. Arrivent des gens qui veulent lui amener un homme paralysé. Luc nous raconte le stratagème qu’ils utilisent : ils montent sur la terrasse, découvrent une partie du toit et laissent descendre le paralysé devant lui.

La foi que Jésus met en avant n'est pas celle du paralysé mais de celle des porteurs. C'est grâce à eux que cet homme est sauvé. C'est important aussi pour nous : quand le prêtre est appelé pour donner le sacrement des malades à une personne éprouvée par la maladie, cette dernière n'est pas toujours consciente. Bien souvent, elle n'est pas en état de comprendre ce qui se passe. Mais le plus important c'est l'attitude de l'entourage. C'est la foi et la prière des porteurs qui sauve le malade. Leur mission, notre mission à tous, c'est de l'amener à Jésus.

Si Jésus commence par donner le pardon c'est parce que le péché est le premier de tous les malheurs. Le premier mal de cet infirme ce n'est pas d'être immobilisé par sa paralysie. Le plus grave c'est d'être cloué dans son mal intérieur. C'est vrai aussi pour chacun de nous. Nous pouvons être paralysés par la rancune, l'égoïsme, l'orgueil. Nous devenons alors incapables d'aller vers les autres, incapables d'aimer, de partager, de pardonner. Un geste de paix nous libèrerait, mais nous n'y arrivons pas. Oui, une fois ou l'autre, nous nous reconnaissons tous, dans ce paralysé.

Nous pouvons aussi nous reconnaître parmi les porteurs. Il y a, en effet, autour de nous des pécheurs paralysés qui ne peuvent pas se sauver eux-mêmes. C'est dans la prière d'intercession que nous les portons à Jésus. Ne craignons pas de nommer dans notre prière tous ces gens que nous voulons lui présenter. Nous souffrons tous de voir tant de haine, de guerres et de violences dans notre monde. Nous sommes désemparés devant tant de souffrances et de catastrophes. Tout cela, nous le portons dans notre prière et nous le remettons entre les mains du Seigneur. Pour lui, il n'y a pas de situation désespérée. À partir d'un mal, il peut toujours faire surgir un bien.

L'évangile de ce jour se termine par un appel : " prends ta civière et retourne dans ta maison." C'est une manière de remettre les choses à leur juste place. Jésus ne veut pas que nous dépendions des objets. C'est eux qui doivent dépendre de nous. Jusque-là, l'homme paralysé était dépendant de son brancard. Désormais, c'est la civière qui est remise entre les mains de l'homme. Cette guérison c'est l'image de ce qui se passe dans le pardon : nous sommes libérés de ce péché qui paralyse notre cœur. Avec toute la communauté chrétienne, nous pouvons nous remettre en marche sur le chemin que le Christ nous a ouvert. Nous devenons disponibles aux appels de l'Esprit Saint. Ce pardon nous rend libres pour aimer Dieu car la santé de l'âme c'est d'abord l'amour de Dieu.

Comme les foules d'autrefois, nous te rendons grâce Seigneur pour ton amour toujours présent et pour tous les bienfaits dont tu nous combles. Nous t'en prions, donne-nous d'en être les témoins émerveillés et actifs chaque jour. Amen


Autres approches
Evangeli.net : Lire
Dieu avec nous aujourd'hui : Lire
Radio Fidélité  (cliquer sur la flèche) : Écouter

 

Radio Présence

Pour un temps de prière