samedi 16 décembre 2017

3ème dimanche de l'Avent



17 décembre 2017



RÉJOUISSEZ-VOUS


  Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,6-8.19-28.
Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean.
Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.
Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.
Voici le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? »
Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement : « Je ne suis pas le Christ. »
Ils lui demandèrent : « Alors qu’en est-il ? Es-tu le prophète Élie ? » Il répondit : « Je ne le suis pas. – Es-tu le Prophète annoncé ? » Il répondit : « Non. »
Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? »
Il répondit : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. »
Or, ils avaient été envoyés de la part des pharisiens.
Ils lui posèrent encore cette question : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? »
Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ;
c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. »
Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait.

 Méditation
L'Évangile de ce dimanche nous rapporte le témoignage de Jean Baptiste ; à la suite d'Isaïe, il se présente comme "la voix qui crie dans la désert". Il déçoit les chefs religieux qui viennent l'interroger : Non, il n'est pas le Messie, ni Élie, ni le prophète annoncé ; il n'est que le témoin de Celui qui est la Lumière du monde. Sa mission c'est de la montrer à tous : "Au milieu de vous, se tient Celui que vous ne connaissez pas."

C'est toujours vrai dans notre monde d'aujourd'hui. Jésus est toujours là au milieu de nous et beaucoup ne le savent pas. Mais pour que le Seigneur puisse venir chez nous, il nous faut redresser son chemin, éliminer tout ce qui est tordu en nous. Nous avons tous à nous convertir, éradiquer de notre vie tout ce qui est orgueil, paroles blessantes, accusations injustes. Nous vivons dans un monde qui souffre de la violence, de l'injustice, de l'égoïsme. Dans ce cas, il n'y a pas de place pour Dieu dans notre vie.

Nous sommes à une semaine de Noël. Tout est prévu pour un Noël de fête, les cadeaux bien colorés et bien enrubannés, le réveillon, les illuminations dans nos rues et nos maisons. Mais le risque est grand d'oublier Celui qui est à la source de cette fête. Les crèches sont là pour nous le rappeler, mais en de nombreux endroits, on n'en veut plus : "Il est venu chez les siens et les siens ne l'ont pas reçu."
La question nous est posée : Sommes-nous disposés à accueillir Celui qui vient nous sauver ? C'est le moment de redonner toute sa place à la prière et à tout ce qui peut nous aider à réorienter toute notre vie vers le Seigneur. Le Christ ne demande qu'à nous combler de son amour. Ses paroles sont celles de la Vie Éternelle.

Au cours de l'Eucharistie, nous chanterons "Béni-soit Celui qui vient au nom du Seigneur". Oui, l'Avent c'est Jésus qui vient et nous ne pouvons que le chanter et lui rendre grâce. C'est auprès de lui que nous trouvons la vraie joie. Il nous invite et nous attend tous à la crèche. Qu'il nous donne de répondre joyeusement à son appel.

Prière