vendredi 24 novembre 2017

Samedi de la 33ème semaine du temps ordinaire



25 novembre

Le Dieu des vivants


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 20,27-40.
En ce temps-là, quelques sadducéens – ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent de Jésus et l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a prescrit : ‘Si un homme a un frère qui meurt en laissant une épouse mais pas d’enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère.’
Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ;
de même le deuxième,
puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants.
Finalement la femme mourut aussi.
Eh bien, à la résurrection, cette femme-là, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »
Jésus leur répondit : « Les enfants de ce monde prennent femme et mari.
Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari,
car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection.
Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur ‘le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob.’
Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. »
Alors certains scribes prirent la parole pour dire : « Maître, tu as bien parlé. »
Et ils n’osaient plus l’interroger sur quoi que ce soit.

© AELF


Commentaire
La foi en la résurrection est au cœur de l'Évangile. Elle en est même l'élément central. Et pourtant, ils sont nombreux ceux et celles qui ont du mal à y adhérer, même parmi les chrétiens. L'Évangile de ce jour atteste que cela n'allait pas de soi dans le judaïsme de l'époque. Les pharisiens l'acceptaient. Mais les Sadducéens plus conservateurs, l'ont toujours refusé parce qu'elle n'était pas inscrite dans la loi de Moïse. Ils allaient même jusqu'à la tourner en dérision.        

Les deux groupes, pharisiens et sadducéens interrogent Jésus pour le mettre dans l'embarras. Dans sa réponse, Jésus cite le livre de l'Exode : Dieu s'y présente à Moïse comme "le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob". Ces trois patriarches sont morts depuis longtemps. Mais Jésus en conclut que Dieu n'est pas le Dieu des morts mais celui des vivants.     

Voilà cette bonne nouvelle qui nous est rappelée en ce jour. À la suite des patriarches et de bien d'autres croyants, nous sommes tous appelés à cette vie nouvelle que Jésus appelle le Royaume de Dieu. Ce monde nouveau n'est pas la continuation de celui dans lequel nous vivons actuellement. Il est tout autre. Il y a une rupture radicale ente la vie actuelle et la vie de ressuscité. L'important c'est de faire confiance à celui qui a dit : Je suis la résurrection et la Vie… Celui qui croit en moi vivra éternellement.

Ce trésor de la résurrection, nous ne pouvons pas (nous ne devons pas) le garder pour nous. Il nous faut le transmettre, le crier au monde entier. Au-delà de la mort, nous serons vivants en Dieu. Cette espérance doit nourrir notre prière. N'oublions jamais le Dieu des vivants. Il nous appelle tous à partager sa vie dès maintenant.

Seigneur, nous te prions : que la foi et l'espérance de l'Église soient pour tous les hommes l'annonce de la vie éternelle que tu veux partager avec eux. 


Autres commentaires
Evangeli.net
Dieu avec nous aujourd'hui : Lire
Radio Fidélité : Écouter
Radio Présence :


Temps de prière