mardi 7 novembre 2017

Mercredi de la 31ème semaine du temps ordinaire



8 novembre 2017




Pour venir à Jésus…





Évangile selon saint Luc 14,25-33.


Les paroles que nous venons d'entendre sont déroutantes. Jésus nous invite à l'aventure. Il nous demande un vrai saut dans l'inconnu. Si nous voulons être ses disciples, il nous faut accepter les conditions qu'il pose : "Si quelqu'un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses frères, ses sœurs et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple." Ce qui est premier, c'est de laisser le Christ remplir notre vie de l'amour qui est en lui. Nos affections naturelles sont limitées et imparfaites. Elles sont souvent mêlées d'égoïsme. Le Seigneur nous demande d'y renoncer pour accueillir son amour désintéressé et intensément généreux.


Pour aller à Jésus, il nous faut "haïr" ce qui n'est pas lui. Le commandement de l'amour du prochain est toujours là. Mais le Christ nous demande aujourd'hui de réorganiser notre vie affective. Dieu doit passer avant tout. On lui doit tout. Il est notre priorité absolue. Son amour fera naître en nos cœurs un nouvel amour pour les membres de nos familles.


Trop souvent, nous nous contentons d'un programme minimum. Celui qui veut suivre Jésus doit réfléchir. Il doit se demander s'il est prêt à tout mettre en œuvre pour le faire sérieusement. Si ce n'est pas le cas, il sera comme celui qui veut bâtir une tour mais qui n'a pas assez d'argent pour l'achever. De même, celui qui veut partir en guerre doit commencer par s'asseoir et réfléchir. C'est encore plus vrai si nous voulons être disciples du Christ : nous devons être lucides sur nos moyens et nos faiblesses.


Aujourd'hui, le Christ nous met en garde contre le danger d'être "un chrétien à moitié". Ce comportement ne peut convaincre personne. Bien au contraire, il ne fera que provoquer scandale et rejet. Il se creuse souvent un fossé entre ce que nous disons en tant que chrétiens et la manière dont nous vivons. Et alors, on se moque de nous comme dans la parabole de l'Évangile. Si nous voulons être crédibles, il nous faut mettre de l'ordre dans notre vie. Si nous donnons à Dieu la première place sans y mettre de conditions, alors notre vie trouvera le bon cap. Le faire à moitié, ça ne marche vraiment pas.


Seigneur Jésus, donne-nous de ne jamais oublier ta présence. Alors nous serons heureux d'être aimés tels que nous sommes. Jésus, Fils de Dieu, tu es la joie de nos cœurs. Amen