samedi 25 novembre 2017

Le Christ Roi de l'univers



Le Christ Roi de l'univers

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,31-46.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs :
il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;
j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !”
Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?”
Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.”
Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?”
Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.”
Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »
© AELF


Commentaire

L'Évangile de ce dimanche s'ouvre avec une perspective grandiose : Jésus annonce que "le Fils de l'homme reviendra dans la gloire". Tous les anges seront avec lui ; il siègera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront  rassemblées devant lui. Ces nations vont disparaître pour former un nouveau peuple selon le cœur de Dieu.

Dans cet Évangile, nous trouvons l'image du berger qui rassemble. Par sa puissance, il comble les fossés, il renverse les barrières, il réconcilie ceux et celles qui s'étaient éloignés. Tout au long de l'histoire, Dieu manifeste son désir  de rassembler et de réconcilier. Reconnaître la royauté du Christ c'est bâtir des ponts plutôt que des murs, c'est lutter contre toutes les formes de discrimination et de rejet. Comme nous l'a rappelé le synode diocésain (de Rodez), c'est construire des communautés fraternelles. Notre monde en a bien besoin.

L'Évangile de ce jour nous rappelle donc que la proximité et la tendresse doivent être notre règle de vie. C'est à l'amour que nous serons jugés. Ce sont les paroles mêmes du Christ : "Venez les bénis de mon Père car j'avais faim et vous m'avez donné à manger, j'avais soif et vous m'avez donné à boire, j'étais étranger et vous m'avez accueilli…" Il faut se rappeler que ces paroles sont pour toutes les nations. Beaucoup seront surpris car ils ne se souviendront pas d'avoir eu ces gestes de bonté à son  égard. Ils découvriront que ce qu'ils ont fait pour le plus petit de ses frères, c'est à lui qu'ils l'ont fait.

Le pape François nous rappelle que "le salut ne commence pas par la confession de la Royauté du Christ mais par l'imitation des œuvres de miséricorde par lesquelles il a réalisé son Royaume ; celui qui les accomplit montre qu'il a accueilli la Royauté de Jésus, car il fait place dans son sœur à la charité de Dieu. Au soir de notre vie, nous serons jugés sur l'amour, sur la proximité et la tendresse envers nos frères". Ce qui fait la valeur d'une vie, c'est notre amour de tous les jours pour tous ceux qui nous entourent. Le synode de notre diocèse nous invite à "promouvoir le service du frère" en luttant contre la pauvreté et ses causes.

Par sa victoire sur la mort et le péché, Jésus nous a ouvert les portes du Royaume ; mais il nous revient d'y entrer déjà à partir de cette vie en nous faisant proches du frère qui demande du pain, un vêtement, un accueil, une solidarité. À travers lui, c'est Jésus qui est là. Il nous promet de récompenser tout acte d'amour, si modeste soit-il. Tout homme qui vit dans l'amour appartient déjà à Jésus. Il est urgent que chacun de nous prenne ses responsabilités dans la construction du Royaume.

Le jugement vient nous rappeler la primauté la primauté des actes sur les paroles. Il ne suffit pas de dire, il faut agir. C'est chaque jour que nous avons à puiser à la source de Celui qui est l'Amour. C'est avec le Christ Roi de l'univers que nous apprenons à aimer comme il nous aime.

Et bien sûr, c'est en regardant vers la croix du Christ que nous commençons à comprendre : Jésus y a souffert l'emprisonnement, les blessures, la soif, le rejet. Il est allé jusqu'au bout du don. "Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime". En ce jour, nous sommes tous invités à mettre nos pas dans ceux du Christ pour vivre éternellement.

Autres commentaires : 
Dieu avec nous aujourd'hui 
Evangeli.net 

 Temps de prière