mardi 24 octobre 2017

Mercredi de la 30ème semaine du temps ordinaire



25 octobre

L'heure de Dieu



Jésus nous recommande de rester à "l'heure de Dieu". Il insiste très fortement sur trois attitudes absolument essentielles : veiller, se tenir prêts et servir. Ce sont là trois verbes bien connus qui risquent d'être dévalués. Pour comprendre cet Évangile, il faut connaître la situation des premiers chrétiens. Saint Luc a écrit son Évangile après Pâques. Il s'adresse à des chrétiens affrontés au doute. Ces derniers ont entendu dire que le Seigneur doit revenir dans la gloire pour nous emmener dans son Royaume. Or le temps passe et rien ne vient. Certains se demandent s'ils ne se seraient pas trompés.  

C'est là qu'il nous faut réentendre la réponse de Jésus. Il nous faut surtout la comprendre dans le contexte d'aujourd'hui. "VEILLEZ !" Oui, nous devons veiller sur nos mots, nos regards, nos gestes de tous les jours, nos lectures, nos loisirs… Nous connaissons les dégâts provoqués par une parole malveillante, un regard accusateur ou indifférent, un refus de tendre la main ou de serrer dans ses bras un malade en grande souffrance. Le veilleur c'est celui qui se tient debout.    

"Tenez-vous prêts" nous dit encore Jésus. Il s'agit de se tenir prêts pour aller de l'avant, pour sortir de la routine et des habitudes. Le risque est toujours de dire : "On a toujours fait comme ça !" Il nous faut accepter que l'Esprit Saint nous sorte de notre confort et nous conduise sur des chemins que nous n'avions pas prévus. Le pape François nous invite à aller vers les "périphéries", celles du chômage, celles de la solitude, celles des malades abandonnés par leur famille, celles des migrants qui n'ont plus rien et qui vivent parfois sans leurs enfants.

"Restez en tenue de service !" Servir c'est le contraire de dominer. Rappelons-nous du geste de Jésus au soir du Jeudi Saint : il s'est agenouillé devant ses disciples pour leur laver les pieds. Il s'est toujours refusé de répondre à ceux qui voulaient le faire roi à la manière des hommes. Il nous apprend à servir sans prendre la place des autres, sans décider à leur place. C'est important pour nous dans nos familles, au travail, dans nos associations. Nous avons facilement des bonnes raisons de penser que nous savons mieux ce qui est bon pour l'autre. Le serviteur fidèle n'est pas celui qui s'impose mais celui qui s'efface pour permettre à l'autre de grandir.

L'Eucharistie est vraiment le moment où "Dieu est là pour nous servir, pour nous faire passer à table". C'est l'heure où le Fils de l'Homme est glorifié. Seigneur Jésus, tu nous promets un avenir de joie et de lumière auprès de toi. Garde-nous vigilants dans l'espérance, ouverts et accueillants aux signes de l'Esprit Saint. Alors ta venue, loin de nous surprendre, sera notre bonheur pour les siècles des siècles. Amen