dimanche 29 octobre 2017

Lundi de la 30ème semaine du temps ordinaire



30 octobre 2017



Guérison un jour de Sabbat



L'Évangile de ce jour nous parle d'une femme "possédée par un esprit impur qui la rendait infirme depuis dix-huit ans. Elle est une image très parlante de notre humanité blessée par le péché. La chance de cette femme et la nôtre c'est d'avoir rencontré le Christ : il est venue "chercher et sauver ceux qui étaient perdus.

Comme on pouvait s'y attendre, le chef de la synagogue est indigné de voir Jésus faire une guérison le jour du Sabbat. À ce sujet, la loi juive était très stricte. Ce jour-là, tout travail est absolument interdit. Pour lui, les prescriptions concernant le repos sabbatique l'emportent sur la guérison d'une pauvre femme ; une seule chose compte : le respect de la loi.

Mais le calendrier de Jésus n'est pas celui du chef de la synagogue. Il ne s'est pas trompé de jour pour "redresser" la femme possédée. Ce relèvement, c'est comme un geste de résurrection. En effet, c'est la résurrection de Pâques qui est anticipée dans cette guérison, une résurrection qui se célèbre le jour du Seigneur.





COMMENTAIRE de l'Évangile
Être courbé est un des signes de l’état de pécheur dans l’Écriture. Caïn a la face orientée vers le sol après son meurtre (Genèse 4, 6). Le pécheur ne regarde plus le ciel, il ne le peut plus parce que son péché le lie sous le pouvoir de Satan. Par l’action du Christ, le pécheur est délié de ce pouvoir et peut à nouveau se tenir droit en présence de son Dieu. En l’appelant « Femme », il lui redonne son humanité, en l’appelant « fille d’Abraham », il lui rend sa place dans la communauté des croyants et lui permet de recevoir à nouveau l’héritage promis à Abraham. Par le pardon de Dieu, nous sommes restaurés dans notre humanité et dans notre relation avec Dieu. « La vie de l’homme, c’est la vision de Dieu. » (St Irénée de Lyon)


    Voir tous les textes du jour